/ Actualité / Journal

Sincérité des comptes et modernisation

Grand public
29 mars 2019

Après un master 2 droit des collectivités
territoriales à l’Université de la Réunion,
Marie-Noëlle KESSORI assure l’inventaire
comptable du patrimoine de la Région Réunion
depuis 13 ans. La candidature de la collectivité,
en 2017, à l’expérimentation de la certification
des comptes impacte directement son travail au
quotidien. Un nouveau challenge que
Marie-Noëlle relève avec énergie. Rencontre.

QUELLES SONT VOS MISSIONS AU QUOTIDIEN ?

Je suis chargée de l’inventaire comptable au sein de la direction du patrimoine
et de l’immobilier.
Les collectivités territoriales disposent d’un patrimoine qui leur permettent
de remplir leur mission de service public. Cela peut être des
biens immobiliers, mobiliers, financiers mais aussi des biens incorporels
comme des logiciels, des sites internet, des frais d’études ou encore des
subventions versées. En fait, il s’agit de l’ensemble des dépenses voué à
rester durablement dans le patrimoine de la Région.
Je m’occupe de comptabiliser tout cela, d’enregistrer les entrées et les
sorties du patrimoine, de calculer les dotations aux amortissements (selon
la réglementation ou ce qui a été voté). Je travaille en étroite collaboration
avec les référents budgétaires des différentes directions ainsi
que le payeur régional à qui je transmets les informations budgétaires
et patrimoniales.

COMMENT LA CERTIFICATION DES COMPTES VIENT REMODELER VOTRE MISSION ?

La certification est une opportunité de se doter d’outils de pilotage et de
contrôle plus fiables. Cela passe, au niveau de la direction du patrimoine
et de l’immobilier, par l’harmonisation de la codification d’inventaires
dans toutes les directions qui investissent. Chacun ayant déjà son propre
système de codification, la certification des comptes nous amène à uniformiser
tout cela pour faciliter la gestion par la suite.
Elle fait également évoluer notre nomenclature comptable, ce qui entraîne
une actualisation de certaines de nos procédures comme, par
exemple, le suivi comptable des subventions.
L’un des bons côtés de la certification, est qu’elle permet de remettre à
plat toutes les procédures de la collectivité et de tout harmoniser. Il s’agit
d’un gros travail et d’une mission à part entière. Mais cela aboutira à une
gestion au quotidien grandement facilitée. C’est ça la modernisation du
service public.

COMMENT METTEZ-VOUS EN PLACE CE TRAVAIL ?

Un groupe « patrimoine » a été mis en place avec le concours du cabinet
de commissaire aux comptes, chargé d’accompagner la Région dans la
certification des comptes. Des actions concrètes ont été définies.
À mon niveau, je mets en place des ateliers avec chacune des directions
concernées. Ils s’adressent aux référents certification des comptes de
chaque direction, ainsi qu’à tout autre agent opérationnel qui suit les dépenses
dans les services. L’objectif de ces ateliers est de faire un état des
lieux partagé. Pour ma part, je leur présente la méthode utilisée pour la
réalisation des fiches d’immobilisations, de dépenses, de mandats… De
leur côté, elles m’expliquent comment elles procèdent pour leurs dossiers
de conventions, leurs liquidations…
Cette dizaine d’ateliers permet d’identifier les besoins de chacun.
Suite à cela, je serai en mesure de proposer un projet de procédure formalisée,
commune à toutes les directions.








Les aides et services associés au thème de l’article :
Grand public